Incidents au centre de stockage profond de déchets radioactifs américains

Publié le mardi 25 mars 2014
 

Incidents au centre de stockage profond de déchets radioactifs américains

En février dernier, deux incidents ont eu lieu au WIPP (Waste isolation Pilot Plant), installation exploitée par le US Department of Energy (DoE), qui stocke depuis 1999, à environ 700 m de profondeur dans une formation géologique de sel, des déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue issus des activités de défense américaines.

Le 5 février, un incendie s’est déclaré sur un camion utilisé pour évacuer du sel excavé, dans la zone nord de l’installation dédiée à des expérimentations et des recherches. Aucun déchet radioactif n’était à proximité de l’incendie qui a été éteint le jour même. Selon le DoE, l’incendie n’a eu aucun impact sur les populations riveraines et l’environnement. Un premier rapport d’analyse sur cet incendie a été publié par le DoE le 7 mars.

9 jours plus tard, une contamination de l’air a été détectée en pleine nuit, à proximité d’un ouvrage de stockage, au sud de l’installation, à plusieurs centaines de mètres de la zone où s’est déclaré l’incendie. Cette détection a automatiquement enclenché le système de filtration de l’air. Malgré ce dispositif, des traces de radioactivité (américium et plutonium) ont été détectées à l’extérieur de l’installation (0,87 Bq mesurés sur le filtre en sortie du puits d’extraction d’air). Une contamination interne a été détectée chez 13 employés présents en surface au moment de l’incident, ils font l’objet d’une prise en charge médicale. Selon, le National Atmospheric Release Advisory Centre (NARAC) les doses maximales qui auraient pu être reçues par ces employés seraient inférieures à 0,1 milliSieverts.

A la suite des premières investigations, aucun lien n’a pu être établi entre ces deux incidents. Concernant le relâchement de radioactivité, les premiers éléments semblent indiquer la présence d’un ou plusieurs colis endommagés en provenance du Laboratoire National de Los Alamos. Cet endommagement pourrait être dû à l’utilisation de nouveaux absorbants organiques pour le conditionnement des déchets ayant entrainé une réaction chimique.   

Un conseil d’enquête a été mis en place par le US Department of Energy afin d’analyser la cause de cet incident et les mesures de sûreté mises en place au WIPP. Un rapport a été publié par le US Department of Energy en avril 2014.

Comme tous les événements de ce type, le retour d’expérience de ces accidents du WIPP sera analysé par l’Andra pour identifier leurs causes, vérifier que la conception des installations de l’Andra permet de les éviter, et le cas échéant, renforcer les dispositions de sûreté.

 

Pour plus d’informations :

Commentaires